A la Une
Edition du 3 juillet 2019

Monde – Scénario macro-économique 2019-2020 : inventer une nouvelle sagesse pour une nouvelle époque

Les tensions commerciales et, au-delà, géopolitiques ont vocation à durer. Les perspectives de croissance plus faible, entourée de fortes incertitudes pèsent sur les anticipations : le ralentissement, désormais plus marqué, se dessine. Les discours, puis les actions des Banques centrales, accommodantes préventivement, atténuent cependant le risque d'un atterrissage douloureux.

Télécharger la publication - (Format PDF - 1,1 MO)

Edition du 26 juillet 2019

Remise du rapport Delevoye le 18 juillet 2019

Voir la présentation vidéo

Dernières publications
Edition du 26 juillet 2019

France - Travail temporaire : tendances à fin juillet 2019

À fin avril 2019, les effectifs s'élevaient à 826 020 intérimaires, soit un niveau inférieur de 1,9% à celui de janvier dernier et supérieur de 47,0% aux effectifs d'octobre 2012 (dernier point bas). Sur les trois derniers mois, on dénombre deux mois de baisse. À noter qu'avril apparaît comme un mois plutôt favorable pour l'intérim. La dernière enquête de confiance des chefs d'entreprise du travail temporaire pour l'activité des prochains mois se situe en zone favorable.

Télécharger la publication - (Format PDF - 1,13 MO)

Edition du 24 juillet 2019

Italie – Scénario 2019-2020 : Croissance atone, budget sur le fil du rasoir et compromis politique

La phase récessive de l'économie italienne observée pendant le deuxième semestre 2018 semble être derrière mais le rythme d'expansion de l'activité reste atone et contenu par rapport à ses partenaires européens. La croissance ne se renforcera pas au deuxième trimestre.

Télécharger la publication - (Format PDF - 1,44 MO)

Edition du 23 juillet 2019

France – Scénario 2019-2020 : la consommation tire la croissance

En France, la croissance s'établirait à 1,4% en 2019 et 1,3% en 2020, en léger freinage par rapport à 2018 (1,7%). D'un côté, la mise en place de deux séries de mesures en faveur du pouvoir d'achat (décembre 2018 puis avril 2019) va soutenir la consommation des ménages, même si les gains en termes de revenus sont en partie épargnés. De l'autre, le fléchissement de la croissance mondiale et les incertitudes politiques et géopolitiques affectent les exportations des entreprises. Les dépenses d'investissement et les créations d'emplois restent toutefois bien orientées.

Télécharger la publication - (Format PDF - 2,4 MO)

Edition du 19 juillet 2019

Le Bourget 2019, vitrine de l'aéronautique du futur

Un salon aéronautique en grande formeLe Paris Air Show (ex-Le Bourget) prouve une nouvelle fois qu'il est le plus grand salon aéronautique mondial, loin devant Farnborough avec 316 000 visiteurs, 2 450 entreprises dont 1 185 exposants français, 12 stands régionaux accueillant plus de 600 PME, 140 aéronefs présentés, 300 délégations officielles. Ce salon est sans équivalent aux États-Unis et sans commune mesure avec les nouveaux venus : Zhuhai en Chine et Dubaï.Vitrine des préoccupations environnementales de la filièreL'édition 2019 n'était pas l'année des nouveaux programmes mais de la maturité et de l'optimisation des ressources : économies de carburant, digitalisation des chaines de production, allègement des aménagements intérieurs… Le moteur LEAP s'annonce déjà comme un best-seller, l'A320 neo poursuit sa montée en cadence, l'A321 long range semble avoir séduit le marché, les biocarburants gagnent en visibilité. Ils ont tous en commun de réduire la consommation de carburant par siège passager, répondant ainsi aux attentes en matière d'écologie comme aux impératifs économiques des compagnies aériennes. Le secteur aérien s'est aussi engagé dans le programme Corsia (Compensation et réduction de carbone pour l'aviation internationale), qui vise à stabiliser les émissions de gaz de l'aviation mondiale à effet de serre et atteindre la neutralité carbone par rapport à 2020.Mais aussi fenêtre sur le futur du transport aérienAu-delà de la rationalisation, il y a toujours l'innovation portée par les start-ups, souvent épaulées par « les grands » du secteur, qui embarquent de plus en plus d'électronique et d'IA. Elles étaient à l'honneur avec Paris Air Lab, « événement dans l'événement » avec 140 start-ups dont 70 “Paris Air Lab 2019 Sélection », 54 000 visiteurs, 11 tables-rondes et « Battle conf ». Les industriels continuent également à explorer des solutions de transport plus « vertes » qui ont pour certaines dépassé le stade du concept plane. Le salon a logiquement fait une place particulière aux avions 100% électrique avec l'Alice d'Eviation Aircraft, le pipistrel Alpha Electro de la DGAC ou hybrides avec l'EcoPulse de Daher et Airbus, le Cassio de VoltAero, l'E-Fan X d'Airbus, le Bell Nexus de Safran. Les dirigeables, qui pourraient être utilisés pour acheminer du fret dans des zones dépourvues de réseau routier, ont aussi fait un retour remarqué avec Flying Whales.Avec le digital et l'avion autonomeFace à un secteur aérien tourné vers l'avenir, le GIFAS, Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales, a profité du salon pour lancer son programme « Industrie du Futur » destiné à accompagner les PME et leurs dirigeants vers la transformation numérique tout en sécurisant les systèmes d'information et de production.En filigrane du salon, l'évolution vers l'avion autonome, dont les drones sont la garde avancée, est déjà à l'œuvre dans le domaine militaire avec la présentation du Scaf (Système de Combat aérien du futur) dont le NGF (chasseur de nouvelle génération) fait figure de PC de contrôle volant associant drones, satellites et navires au sein d'un système baptisé Combat Cloud.Cette année encore, le Bourget a fait son show avec ses démonstrations aériennes - incroyable A350-1000 - mais aussi ses annonces de vente. 361 appareils pour Airbus et 247 pour Boeing dont une intention d'achat d'IAG pour 200 Boeing 737 Max alors que le programme a été suspendu par les agences de la sécurité aérienne.  L'édition 2019 du salon du Bourget aura été une fois de plus LA vitrine d'une industrie qui, en France, est le premier excédent de la balance commerciale, consacre 12% de son chiffre d'affaires à la R&D, contribue à la dynamique des territoires avec 195 000 salariés directs, et surtout 15 000 recrutements et plus de 4 000 emplois nets créés en 2018.Pascale Rombaut-Manouguianpascale.rombaut-manouguian@credit-agricole-sa.fr

Edition du 18 juillet 2019

Allemagne ‒ Scénario 2019-2020 : une croissance amputée par le secteur industriel

Le rebond de la croissance allemande au T1 n'aura été qu'un répit de courte durée. Le recul de l'activité dans le secteur industriel s'éternise au T2 et pèse lourdement sur les perspectives de croissance annuelle désormais fixées à 0,7% en 2019 et 1% en 2020. La demande domestique est à même de soutenir positivement la croissance du PIB mais la demande extérieure, soumise à de nombreux facteurs baissiers, devrait peser davantage sur celle-ci.

Télécharger la publication - (Format PDF - 3,61 MO)

Edition du 17 juillet 2019

Espagne – Scénario 2019-2020 : le miracle espagnol rattrapé par le ralentissement européen

Sans gouvernement et dans un environnement international dégradé, l'économie espagnole continue de surprendre. La croissance en 2019 devrait rester supérieure à la moyenne en zone euro. Pourtant les signes d'essoufflement sont bien là. Les mesures sociales de Pedro Sanchez ont certes compensé une demande extérieure en perte de vitesse, mais le pays commence à être rattrapé par le ralentissement économique qui touche l'Europe.

Télécharger la publication - (Format PDF - 1,99 MO)

Edition du 16 juillet 2019

France – Transports routiers de marchandises : tendances à mi-juillet 2019

Sur les quatre premiers mois de 2019, le niveau cumulé moyen des défaillances s'inscrit en progression de 8,5% par rapport à l'exercice précédent, soit une dégradation de la sinistralité par rapport à 2018. Pour 2019, les orientations favorables de la production industrielle à fin mai laissent espérer une atténuation de la sinistralité dans le secteur des transports routiers. À fin juin 2019, le solde des enquêtes d'opinion sur l'activité des transports routiers pour les trois prochains mois se situe dans une zone d'avis encore indécis, quoique modérément favorable.

Télécharger la publication - (Format PDF - 1004,09 KO)

Retrouvez toutes les publications>>